Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Planète Nano - Bienvenue dans un monde Nano, un ''NanoWorld''
  • : Planète Nano - l'actualité en français des nanotechnologies
  • Contact

Recherche

Texte Libre

 


Je ne veux pas croire.
Je veux savoir !

Carl Sagan
Exobiologiste (1934 - 1996)



 

 

Archives

22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 03:29
L'éponge nano appelée "Echafaudage Hydroscopique"

L'éponge nano appelée "Echafaudage Hydroscopique"

Nous avions découvert l'an dernier la technologie développée par la société américaine NBD Nano (Namib Desert Beetle Nano) implantée à Boston : une bouteille capable de capter l'humidité de l'air même dans des environnements où elle est très peu présente. Cette bouteille a pu être mise au point en imitant la nano structure de la surface de l'aile d'un coléoptère du désert de Namibie. Ce dernier peut ainsi collecter près de 40% de son poids en eau en se plaçant dans le vent.

Une éponge nanotechnologique pour absorber l'humidité de l'air

En suivant cette même piste du bio mimétisme, des chercheurs du Département de la Science des Matériaux et de l'Ingénierie Nanotechnologique de l'Université de Rice au Texas ont mis au point ce qu'ils ont baptisé un "échafaudage hygroscopique".

Une éponge nanotechnologique pour absorber l'humidité de l'air

Cet "échafaudage hydroscopique" est une structure constituée de nanotubes de carbones. Les chercheurs de l'Université de Rice ont mis au point un procédé permettant de déposer sur la partie supérieure un revêtement de polymère superhydrophobe et sur la partie inférieure un autre revêtement polymère hydrophile. Ainsi l'air passant dans la structure va piéger l'eau qui va s'écouler naturellement dans la structure vers sa base.

Une fois la quantité maximale d'eau piégée, on peut presser la structure souple comme une éponge pour la récolter et remettre en place le dispositif. Dans un environnement sec, en 11 heures, on peut absorber 30% du poids de la structure en eau.

Etant un procédé passif, il n'y a pas besoin d'énergie supplémentaire pour activer le processus de récolte. Reste à trouver le moyen de sortir ce procédé des laboratoires pour créer un dispositif exploitable.

Liens :

Publication scientifique sur ACS Applied Materials and Interfaces (lire - en anglais)

Publication sur le site de l'Université de Rice (lire - en anglais)

Département de la Science des Matériaux et de l'Ingénierie Nanotechnologique de l'Université de Rice au Texas (lire - en anglais)

Site de la société NBD Nano (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Matériaux
commenter cet article

commentaires