Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Planète Nano - Bienvenue dans un monde Nano, un ''NanoWorld''
  • : Planète Nano - l'actualité en français des nanotechnologies
  • Contact

Recherche

Texte Libre

 


Je ne veux pas croire.
Je veux savoir !

Carl Sagan
Exobiologiste (1934 - 1996)



 

 

4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 02:51
Nano Bone : un support pour la régénération osseuse

Afin de réparer l’os d’un patient, les médecins ont différentes options : un greffon (issu du patient lui-même ou d’un donneur) ou bien des prothèses (en titane par exemple, certaines sont parfois imprimées en 3D). Il y a également quelques techniques utilisant le corail. Mais rien ne remplace actuellement l’os humain original.

Le Dr Gerrard Eddy Jai Poinern et son équipe australienne ont cherché à mettre au point un matériau performant et peu coûteux à l’aide des nanotechnologies : une nouvelle matrice capable de stimuler et guider la régénération osseuse.

Récemment, leurs travaux ont été couronnés de succès : les premières greffes synthétiques réalisées sur des moutons ont fonctionné au delà de leurs espérances : les matrices ont bien servi de guide à la reconstitution des os lésés.

Les chercheurs ont généré des granulés à base de nano particules (37nm) d’hydroxyapatite (minéral composant en grande partie l’émail dentaire, la dentine et les os). L’hydroxyapatite est déjà utilisée pour des implants dentaires sa structure étant proche de celle de l’os humain.

Le nouveau matériau présenté par le Dr. Gerrard Eddy Jai Poinern, baptisé « nano bone », a un aspect spongieux. Sa mise au point fut complexe car il fallait générer un matériau ayant les mêmes propriétés que l’os humain : porosité, solidité et souplesse. Il doit être également biologiquement neutre afin que l’organisme puisse le remplacer par de nouveaux tissus sans risque de toxicité.

Etant donné que le « nano bone » est une poudre au départ, on peut lui donner la forme que l’on désire. Les chercheurs envisagent déjà de l’utiliser avec des imprimantes 3D pour faire des implants sur mesure.

Liens :
Publication sur le site de l’université de Murdoch (lire- en anglais)
Publication scientifique sur Nature.com (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe
commenter cet article

commentaires