Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Planète Nano - Bienvenue dans un monde Nano, un ''NanoWorld''
  • : Planète Nano - l'actualité en français des nanotechnologies
  • Contact

Recherche

Texte Libre

 


Je ne veux pas croire.
Je veux savoir !

Carl Sagan
Exobiologiste (1934 - 1996)



 

 

Archives

13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 22:25

Le règne du tout connecté

Les années à venir s'annoncent comme étant celles du tout connecté. Smarphones, tablettes, montres, frigos, systèmes de domotique, vêtements : chaque ustensile de notre vie quotidienne pourrait prochainement avoir sa propre adresse IP (internet). Mais toutes ces connexions sont autant d'objets qui auront aussi besoin d'une alimentation électrique. Réduire drastiquement leur consommation électrique est un enjeu primordial.

Une publication (parue dans Nature Communications) issue des travaux menés par des chercheurs du département "Science et Ingénierie" de l'Université d'Arlington au Texas pourrait bien changer la donne.

Un système passif à température ambiante qui refroidit les électrons à -228°C

Des électrons refroidis à -228°C

Grâce à une nano structure qui alterne successivement :
- un maillage métallique (la première électrode - du chrome)
- un puit quantique (environ 2nm d'oxyde de chrome(III))
- une barrière à effet tunnel (du dioxyde de silicium)
- une boite quantique
- une autre barrière à effet tunnel
- et enfin un autre maillage (l'autre électrode - encore du chrome),
les chercheurs sont parvenus à descendre la température des électrons jusqu'à -228°C. Pour mémoire, le zéro absolu est à −273,15 °C.

Des chercheurs étaient déjà parvenus à refroidir des électrons, mais le faire à température ambiante est une grande première ! De plus, le dispositif étant passif, il ne nécessite aucun apport d'énergie.

 

Une consommation divisée par 10

Selon le Professeur Seong Jin Koh de l'Université d'Arlington, les chercheurs sont déjà en train de travailler sur des transistors refroidis grâce à ce procédé. Selon les premiers essais, les futurs microprocesseurs équipés de cette nanostructure consommeraient dix fois moins que les microprocesseurs actuels.

Cette avancée majeure pourrait permettre aux appareils électroniques de fonctionner avec très peu d'énergie. Cela intéressera tout particulièrement les programmes spatiaux qui pourront équiper leurs robots et leurs sondes.

Liens :

Publication sur le site de l'Université d'Arlington (lire - en anglais)
Publication sur le site de Nature Communications (lire - en anglais)

Site de l'Université d'Arlington (Texas) (lire - en anglais)
Site du département Science et Ingenierie de (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 04:20
Zap&Go : un chargeur pour smarphones qui se recharge en 5 minutes

C'est du moins la promesse avancée par les entrepreneurs qui font appel au crowfunding pour financer leur projet. Sur le site de financement participatif IndieGoGo, Stephen Voller, l'un des fondateurs de "LondonGraphene" en 2013 (devenu depuis "Zapgocharger") invite les internautes à faire partie des premiers à posséder un Zap&Go.

Le Zap&Go est un supercondensateur à base de graphène. Mettant à profit ce matériau nanotechnologique (un maillage d'atomes de carbones épais d'un seul atome) qui a la particularité d'être, entre autres, un excellent conducteur, le Zap&Go servira de chargeur externe pour les appareils électroniques nomades.

Selon Stephen Voller, après une charge de seulement cinq minutes, son appareil pourrait recharger (dans un temps plus long bien sûr à cause de la batterie des smartphones qui ne sont pas à l'heure actuelle des supercondensateurs) un iphone 5 ou un Kindle à 100%, un iphone 6 ou un Galaxy S5 à 75%.

Zap&Go : un chargeur pour smarphones qui se recharge en 5 minutes

Les prototypes sont fonctionnels et Zapgocharger cherche à lever au moins 30.000US$ pour mettre sur le marché du Zap&Go à l'Automne 2015. Au moment où cet article est publié, le succès est au rendez-vous puisque plus de 70.000US$ ont déjà été récoltés.

La société Zapgocharger vise en particulier les voyageurs : leur appareil devrait être vendu avec des adaptateurs pour les prises électriques du monde entier.

Il n'y a plus qu'à espérer que les géants de l'électronique nous proposent rapidement des smartphones capables de se recharger aussi rapidement, car on sent bien poindre la frustration de pouvoir faire le plein de son chargeur aussi rapidement et de devoir attendre des heures que son smartphone fasse de même.

Présentation (en anglais) du chargeur

Liens :
Site officiel du Zap&Go (lire - en anglais)
Page Zap&Go sur IndieGoGo (lire - en anglais)

Articles connexes :
Apple et Samsung : à la conquête du graphène

Graphite et savon dans un mixeur = Graphène !


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 04:40
Démonstration du premier écran souple à base de graphène

Le graphène sera bel et bien un outil de choix pour l'industrie électronique : Le Cambridge Graphene Centre basé à l'université de Cambridge et la société Plastic Logic viennent de dévoiler le premier écran souple à base de graphène (matériau constitué d'un maillage d'atomes de carbones et épais d'un seul atome). Une avancée significative vers la mise au point d’une nouvelle génération d’écrans souples dont la consommation électrique sera très faible.

Le contrôleur d’affichage - d’une définition de 150 ppp (pixel par pouce) - mis au point par Plastic Logic, utilise une technologie appelée OTFT1 : la couche de graphène est incorporée au contrôleur d’affichage par dépôt à basse température (moins de 100°C).
Cette base sert de support à l’écran, une matrice active électro phorétique (on différencie des molécules chargées après leur déplacement au sein d’un champ électrique) similaire à celle des liseuses électroniques. Mais au lieu d’être en verre, l’écran est en plastique souple.
Les chercheurs devraient pouvoir rapidement incorporer des cristaux liquides (LCD) ou des diodes électroluminescentes organiques (OLED)pour créer des écrans en couleur.

Collaborant avec des sociétés comme Plastic Logic, Dyson, Philips, Nokia (rachetée par Microsoft en avril dernier) et BaE systems, le Cambridge Graphene Centre veut être le fleuron de la recherche anglaise dans le domaine des nanotechnologies.

Le graphène n’est désormais plus une curiosité de laboratoire sujette à des spéculations quant à d’hypothétiques prouesses : les annonces d’applications concrètes se succèdent quasiment quotidiennement. Par exemple, IBM a récemment annoncé la mise au point de la première puce radio fonctionnelle dont les transistors sont faits à partir de graphène ou bien encore une équipe de chercheurs du Maryland qui a mis au point un capteur ultra sensible aux fréquences de l’ordre du térahertz.

1(Organic Thin Film Transistors ou Transistors en couche mince organique). Transistors à effet de champ formés par l’accumulation succesive de couches très minces.

Liens :
Publication sur le site du Cambridge Graphene Centre (lire - en anglais)
Site de Plastic Logic (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 11:50
Déplacer de nombreuses particules à la fois à l’échelle du nanomètre

Une équipe de chercheurs chinois de l’institut des technologies de pointe de Shenzen a mis au point un tamis acoustique capable de manipuler de nombreux objets à la fois à l’échelle du micromètre et du nanomètre. Des technologies analogues existaient déjà, mais ces dernières étaient limitées car on ne pouvait manipuler qu’une seule ou seulement quelques particules à la fois.

Que ce soit pour aligner, capturer, différencier, trier et transférer ces objets, les possibilités offertes par ce nouveau procédé sont étonnantes. La sélection des objets ciblés s’opère en prenant en compte la taille, la densité ou les deux à la fois.

Sur la vidéo ci-dessous, on peut assister à quelques manipulations (déplacement et tri) d’éléments à l’aide de cette technologie.

Opérant sous l’eau, le dispositif comprend une plaque de cuivre épaisse de seulement 180 microns. Des motifs formant des bandes rectangulaires ont été gravés à sa surface : ils serviront de guide. Des ultrasons sont ensuite envoyés en direction de la plaque. Les particules vont s’agencer en suivant les motifs gravés préalablement sur la plaque comme on peut le constater sur la photo illustrant l’article.

Les chercheurs envisagent d’utiliser leur procédé pour la construction d’objets nanométriques et micrométriques par empilement de couches successives (un procédé similaire à celui des imprimantes 3D) et pour la thérapie cellulaire (placement optimum des cellules souches au sein des organes à réparer).

Liens :

Publication sur APS physics (lire - en anglais)

Site de l’institut des technologies de pointe de Shenzen (lire – en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 01:08
Voici l'image la plus détaillée jamais obtenue d'une machine cellulaire

Emerveillons-nous ! David Brow, Samuel Butcher et leur équipe de chercheurs de l'université de Wisconsin-Madison nous offrent l'image recomposée en 3D la plus précise jamais capturée d'un splicéosome (particule d'épissage). La résolution de cette image est d'1,7 Å soit 0,17 nanomètre !

Les images ont été réalisées au Laboratoire National d'Argonne (laboratoire à but non lucratif rattaché au Département Américain de l'Energie et géré par l'université de Chicago) avec l'APS (Advanced Photon Source), l'un des plus grand synchrotron au monde.

Voici l'image la plus détaillée jamais obtenue d'une machine cellulaire

Animation 3D de la structure d'un ARN splicéosomal U6


Nous pouvons admirer l'incroyable complexité d'une machine cellulaire humaine. Les splicéosomes fabriquent les protéines dont le corps a besoin pour fonctionner.

Les images obtenues par les chercheurs ont révélé des détails demeurés invisibles jusqu'alors et marquent une avancée majeure dans la compréhension de l'interaction entre l'ARN et les ribonucléoprotéines U6.

 

Liens :


- Publication sur le site de l'Université
de Winsconsin-Madison (lire - en anglais).

- Vidéo HD téléchargeable sur le site Nature
(voir - en anglais).

- Publication scientifique sur le site Nature
(lire - en anglais).
- Site du Laboratoire d'Argonne (lire - en anglais)

- Galerie d'images (à ne pas rater)
présentant l'APS (Advanced Photon Source)

Note:
1 Å (Ångström) est une unité de longueur valant 0,1 nanomètre, soit 10−10 mètre (1 dixième de milliardième de mètre).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 12:28
IBM : un "nano fraiseuse" précise au nanomètre près

Les chercheurs d'IBM, toujours à la pointe de la recherche fondamentale à l'échelle du nanomètre (un milliardième de mètre), nous ont encore surpris avec cette nouvelle invention : une "nano fraiseuse" qui évide la matière au nanomètre près pour usiner des micro objets.

Avec un appareil dont le principe de fonctionnement est similaire aux microscopes à force atomique, l'utilisateur peut, à l'aide d'un pointe en silicone pouvant être chauffée jusqu'à 1000°C, retirer de la matière d'un support en polymère pour le façonner selon un modèle prédéfini.
Les chercheurs viennent ainsi de rentrer dans le Livre des Records en ayant usiné la plus petite couverture de magazine - la couverture d'un exemplaire de la revue National Geographic Kids) - d'une taille de 11 x 14 microns seulement ! Pour vous donner une idée de l'échelle, on pourrait placer deux mille couvertures de cette taille côte à côte sur un seul grain de sel.

Vidéo de présentation de la plus petite couverture de magazine jamais fabriquée

Cette nouvelle technologie est déjà accessibles aux industriels : la société SwissLitho, commercialise la Nano Frazor. Le nom Frazor est un mélange des mots fraise (Fräse en allemand) et rasoir (Razor en anglais).

IBM : un "nano fraiseuse" précise au nanomètre près

Les recherches et applications envisagées sont nombreuses, notamment pour les futurs transistors à effet tunnel, les futurs ordinateurs quantiques ou encore des marqueurs indétectables pour authentifier des objets. Les scientifiques d'IBM vont explorer les possibilités de leur invention avec le graphène d'ici la fin de l'année 2014.

Liens :

Présentation sur le site IBM News room (lire - en anglais)

Publication scientifique sur Advanced Materials (lire - en anglais)

Site de la compagnie SwissLitho (lire - en anglais)

Et pour la "petite" histoire : c'est tout de même la neuvième fois qu'IBM est inscrite dans le Livre des Records. L'an dernier, elle y était inscrite pour avoir réalisé le plus petit film d'animation en stop motion (A boy and his Atom) en utilisant des atomes comme des pixels. 250 images successives pour cet exploit technologique !
La vidéo, pour ceux qui ne l'auraient pas encore admirée, se trouve ci-dessous.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 00:06
Plus besoin de laver sa voiture grâce aux nanotechnologies : Nissan se jette à l'eau

Nissan vient de présenter l'un de ses projets : équiper prochainement ses véhicules d'une carrosserie enduite d'un revêtement spécial issu des nanotechnologies.

Cela fait déjà quelques années que nous pouvons voir diverses entreprises et laboratoires présenter et améliorer différents procédés qui imitent l'effet hydrophobe de la feuille de lotus. C'est l'une des applications concrètes des nanotechnologies.

Par exemple, l'an dernier, nous avons été conquis par cette vidéo de l'Ultra-Ever Dry®, un revêtement hydrophobe à appliquer sur la surface que l'on veut protéger.

Nissan désormais travaille avec le fabricant de ce revêtement. En plus de se faire un gros coup de publicité, Nissan va également mettre en lumière les nanotechnologies avec ce produit innovant qui repousse l'eau, la poussière et la boue. Certains articles de presse ironisent déjà sur le fait que l'on pourrait bientôt ne plus avoir besoin des stations de lavage pour auto. Et ce n'est pas anodin : les nanotechnologies vont bouleverser bien au-delà de ce que beaucoup peuvent encore imaginer des secteurs entiers de l'industrie. Dans le cas présent, supprimer le nettoyage du véhicule dit aussi supprimer l'usage de produits de nettoyage, utiliser moins d'eau, ne pas avoir à déplacer le véhicule jusqu'à la station de lavage (économie de carburant).

La vidéo ci-dessous nous fait une démonstration sur le terrain : on peut déjà constater son efficacité, mais également que le nettoyage du véhicule devra tout de même se faire sur les parties plastiques qui ne sont pas traitées, les pneus et les jantes.

Liens :

Présentation presse de Nissan Europe (lire - en anglais)

Site du fabricant de l' Ultra Ever Dry (Ultratech - en anglais)

Page You tube de Nissan Europe (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 03:07

Le fabricant d'accessoires de sport Catlike a mis sur le marché sa nouvelle gamme de casques Mixino. Sa principale innovation est l'intégration du graphène, un nano matériau utilisé dans les industries de pointe qui est très léger et 200 fois plus résistant que l'acier.
Selon le constructeur, le casque est ainsi plus léger et plus résistant aux chocs.

Du graphène pour un casque de vélo

Le casque figure parmi les plus légers du marché affichant un poids variant de 200 à 240 grammes selon les tailles. Le prix public annoncé est de 240€.

Liens :

Page du fabricant présentant sa technologie (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 10:20

La lutte permanente menée contre la contrefaçon de tous types de produits
(marques de luxe ou encore, avec des conséquences beaucoup plus graves, des médicaments) amène les chercheurs à trouver des solutions innovantes.

Une équipe de chercheurs sud coréens, menée par le Professeur Hyotcherl Ihee du Korean Advanced Institute of Science and Technology (KAIST) propose d'apposer un marqueur infalsifiable, fabriqué avec des nano particules d'argent disposées de manière aléatoires et prises dans une fine couche de plastique.

Le motif original est aléatoire et il serait quasi impossible de le reproduire (ou tout du moins, sans disposer de tels moyens que refaire le marqueur serait hors de prix). Sa lecture sera simple et comme le marqueur est invisible à l'oeil nu, il pourrait être placé à l'insu de tous, excepté des personnes chargées du contrôle.

Sa fabrication, peu coûteuse, serait de moins d'1$US par marqueur original.

Une marque d'authentification infalsifiable

Liens :

Publication scientifique sur IOP Science (lire - en anglais)

Site du KAIST - Korean Advanced Institute of Science and Technology - (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:01

Mia Siochi et son équipe de scientifiques de la Nasa (Centre de Recherche Langley), désirent mettre à profit  les dernières innovations en nano technologies (comme les nanotubes de carbone) pour réduire les coûts d’exploitation des filières aéronautiques et spatiales. Elle avait annoncé l’an dernier travailler sur un revêtement spécial pour éviter l’accumulation d’insectes écrasés sur ailes des avions.

Aujourd’hui, elle prévoit de réduire de 30% le poids des engins spatiaux. La résistance des nanotubes de carbone permettra d’alléger la structure; leur bonne conductivité électrique permettra de remplacer les coûteux et lourds câbles en cuivre avec en prime le cumul d'un autre avantage : ces mêmes nanotubes serviront également de senseurs.

 

nasadeltaII-copie-1.jpg

Nul doute que ces recherches dans le domaine spatial auront encore des répercussions dans le civil. Ces allègements en poids et en coûts d’exploitation sauront trouver leur place dans diverses branches industrielles comme celle des transports (automobiles, trains, etc…).

Pour mémoire, voici quelques innovations entrées dans nos vies,  issues de la recherche spatiale :
les ordinateurs modernes avec circuit intégré,
GPS et téléphonie mobile par satellite,
le lait en poudre pour bébé,
le traitement anti-rayures des lunettes de soleil,
le thermomètre laser,
l'oreiller à mémoire de forme,
la couverture de survie,
les airbags...

un petit aperçu d'une longue liste.

 

 

Liens

 

Centre de Recherche Langley  de la NASA (lire - en anglais)

 

Article source du Washington Post (lire - en anglais)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Viotti Philippe - dans Nano - Tech
commenter cet article